EBNG

Message

AUJOURD’HUI ENCORE, JESUS VEUT TRAVAILLER

 

« Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des poissons, autant qu’ils en voulurent. Lorsqu’ils furent rassasiés, il dit à ses disciples: Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restèrent des cinq pains d’orge, après que tous eurent mangé. »

POURQUOI CROYONS-NOUS EN DIEU ?

Il existe beaucoup d’églises aujourd’hui et beaucoup qui croient en Jésus. Mais, beaucoup disent : « Jésus est Jésus ; Moi, c’est moi, » bien qu’ils croient en Jésus. Puisque nous ne pouvons pas vaincre le péché, la mort, les maladies et que nous sommes incapables de faire beaucoup de choses, Jésus est venu les faire pour nous.

Il y a beaucoup de choses que nous ne comprenons pas dans la Bible. C’est pourquoi croire en Jésus et croire aux choses qui conviennent à nos pensées parce que nous les comprenons, ce n’est pas croire. Croire quand bien même nous ne comprenons pas, parce qu’Il est parfait et tout-puissant, c’est croire. Pouvez-vous comprendre qu’Il a nourrit cinq milles hommes avec cinq pains ? De même, nous ne pouvons pas comprendre qu’Il naquit d’une vierge, qu’Il ressuscita Lazare qui pourrissait et sentait mauvais et qu’Il ressuscita Lui-même après trois jours et monta aux Cieux. De telles choses sont extrêmement difficiles à comprendre.

C’est pourquoi croire est inutile, à moins que nous ne croyions en la puissance de Dieu qui est au dessus du monde humain. Si Jésus accomplit les choses que nous accomplissons et s’Il ne peut pas accomplir les choses que nous ne pouvons pas accomplir, cela signifie qu’il n’y a aucune raison du tout pour nous de croire en Jésus. Nous croyons en Jésus parce que Jésus accomplit les choses que nous ne pouvons jamais accomplir.

Il y a 2000 ans, Jésus est venu dans ce monde et a accomplit beaucoup de choses en Judée durant ses 33 ans de vie. Nous ne pouvons pas voir avec nos yeux les choses qu’il a accomplie. Jésus n’est pas avec nous en chair, mais aujourd’hui encore, Il vit et travaille. Si Jésus vit et travaille en nous, les choses qui se sont manifestées dans la Bible peuvent clairement se manifester en nous également. Dans ma vie, j’ai souvent vu Jésus à l’œuvre. Lorsqu’il y eut cinq milles hommes à nourrir tandis qu’il n’y avait que cinq pains et deux poissons, croire que Jésus pouvait l’accomplir et se reposer en Lui pour de telles œuvres est la vraie foi.

Puisque la Bible dit qu’il y avait cinq milles personnes en considérant uniquement les hommes, le nombre de gens était surement grand en prenant en compte toutes les femmes et tous les enfants. Mais, Jésus a nourrit cette multitude de personnes avec cinq pains. Les gens qui ne croient pas aux Ecritures Saintes disent : « En réalité, ce n’était pas ainsi. Tous les gens avaient apporté leur propre déjeuner et ils les avaient dissimulés. Ensuite, lorsque Jésus priait, ils les ont discrètement fait sortir. Comment cinq pains auraient pu nourrir cinq milles hommes ? » Ces gens ne croient pas en Dieu, mais ils croient en ce qu’ils voient de leurs yeux. Pourquoi croyons-nous en Dieu ? Nous le faisons parce qu’Il est celui qui est plus que capable de faire les choses que nous ne pouvons pas accomplir. Vous devez croire que ce Dieu est tout-puissant et qu’il accomplit les choses que nous ne pouvons pas accomplir. Vous également devez croire qu’Il travaillera au milieu de nous.

 

JE SUIS COMME UNE VOITURE SANS FREIN AVEC LE VOLANT BRISE.

 

J’allais à l’église parce que j’étais jeune et je vivais en tant qu’un chrétien seulement en apparence. J’allais à l’église parce que j’aimais dire que je croyais en Jésus ; j’aimais aller à l’église ; j’aimais trainer avec mes amis. Mais, je ne croyais pas en Jésus. Je croyais aux choses que je pensais être vraies et si cela ne me semblait pas vrai, je n’y croyais pas. A cette époque, je ne le savais pas, mais c’était croire en moi-même et non en Jésus.

Mais, lorsque j’ai échoué au test d’aptitude physique pour entrer dans l’armée, j’ai été grandement choqué. A cette époque, je pensais être brillant, en bonne santé et une bonne personne. J’étais toujours confiant et j’avais un cœur arrogant. Je pensais que j’aurais au moins la deuxième place si je n’avais pas la première. Ce n’est pas que j’avais échoué pour entrer à l’école militaire ; j’avais échoué pour entrer dans le programme de vocation militaire de la jeunesse. J’ai pensé que j’aurais pu aisément y entrer et j’étais grandement désespéré. Je ne pouvais par dire que je l’étais et j’ai pu me voir plus clairement. Je crois qu’à cette époque, Dieu m’avait permis d’emprunter Ces yeux. J’ai pu voir et réaliser clairement quelle personne pitoyable, folle et stupide j’étais.

Lorsque j’ai analysé ma vie, j’ai pu arriver à la conclusion que je serais détruit si je marchais selon mes pensées. Lorsque j’ai examiné mon cœur, j’ai vu de mauvais cœurs s’éveiller en moi et j’ai su que je ne devais pas présenter de tels cœurs, mais j’y étais continuellement entrainé. C’était comme une voiture sans freins. J’ai su que je ne devais pas cueillir et manger des châtaignes d’autres arbres, mais je me suis vu aller continuellement vers les châtaigniers lorsque je voulais manger. J’étais comme un volant brisé. Pourriez-vous conduire un véhicule sans freins avec un volant brisé ?

« Je suis comme une voiture sans frein avec un volant brisé ! Je ne devrais pas marcher suivant mes propres pensées ! Je serai détruit ! »

Lorsque j’ai clairement distingué cela, un changement s’est produit dans ma vie. Avant cela, je croyais en moi-même et quelque soit ce qu’un adulte me disait, je n’acceptais pas les choses qui ne convenaient pas à mon cœur. Je pensais uniquement : «Même s’il est adulte et avancé en âge, il ne sait pas de quoi il parle. ». Au sujet même de la Bible, je n’acceptais pas les parties qui ne me convenaient pas. Je ne croyais pas en Dieu ; je ne croyais pas aux écritures ; je croyais en moi-même. C’est pourquoi je marchais par moi-même. Cette vie était sale, dégoutante, méchante et distordue. Lorsque je suis arrivé à le comprendre clairement, j’ai commencé à ne plus suivre mes pensées mais la Parole de Dieu.

Avant cela, je savais que Jésus était crucifié pour mes péchés à la croix, mais je pensais : «C’est vrai que Jésus a été crucifié pour mes péchés à la croix, mais j’ai le péché dans mon cœur. Je suis pécheur » et je ne pouvais pas avoir la foi que mes péchés étaient pardonnés. Mais, mon cœur a changé lorsque je me suis renié. J’ai cru dans mon cœur que le sang de Jésus a effacé mes péchés. En ne croyant pas en moi-même, mais en la Parole de Dieu, la Parole de Dieu commença à travailler en moi. Après avoir reçu le pardon du péché, Jésus entra en moi et je pus clairement Le voir conduire ma vie. Ce Jésus était le même Jésus qui était, il y a 2000 ans, sur la terre de Judée. Jésus, qui a apaisé la tempête, apaisa la tempête de mon cœur. Jésus, qui a nourrit les cinq milles hommes avec cinq pains d’orges, accomplit les choses impossibles dans ma vie également. Jésus, qui a guérit les lépreux, les boiteux, les paralytiques, m’a guérit complètement lorsque mon cœur fut malade ; Lorsque mon ventre et mon oreille m’ont fait mal.

 

JE N’AI PAS LE CHOIX ; JE DOIS VOLER

 

Dans le livre de Jean Chapitre 6, cinq milles hommes réunis étaient affamés parce qu’il n’y avait rien à manger. Immédiatement alors, Jésus les nourrit avec les cinq pains et deux poissons d’un jeune garçon et les restes de pains et de poissons remplirent douze paniers. Si vous pouviez converser avec ce Jésus, si ce Jésus est le Seul qui vous conduit et si vous acceptez Sa conduite qu’est ce qui pourrait devenir un problème pour vous ? Serait-il un problème si le vin manque ? Ne pas avoir de pain pourrait-il être un problème ? Être malade pourrait-il représenter un problème ? Quelque soit ce que vous rencontrerez, tout sera résolu par Jésus. Après avoir renoncé à moi-même et reçu le salut, je vois souvent comment Jésus accomplit de telles choses dans ma vie. J’intégrai l’armée en 1965. Un jour,  pendant la formation, en me réveillant, je me rendis compte que mes gants que j’avais mis au dessus de mes affaires avaient disparu. Je fus choqué. Assurément, je l’avais mis au dessus de mes affaires avant de m’endormir, mais quelqu’un me les avait volé pendant que je dormais. Je commençai à avoir des pensées embrouillées.

« Si mon chef d’escadron découvre que j’ai perdu mes gants, il me frappera. C’est ainsi dans l’armée. Où vais-je trouver des gants ? Je ferai mieux d’en voler »

A ce moment, le problème des gens désertant l’armée était très sérieux. J’avais peur, pensant à la punition. Je pensai plusieurs fois dans mon cœur que je devais voler une paire de gants. Mais, le Jésus qui était en moi se sentait très mal à l’aise à cette idée et ne le permit pas. En sortant recevoir la formation, tous les autres membres de mon escadron soulevèrent leurs gants bleus mais j’étais le seul à lever des mains nues et rougeâtres. J’avais tellement peur d’être saisi par mon chef d’escadron. J’ai passé deux jours dans cet état. La nuit du troisième jour, j’ai prié Dieu.

« Mon Dieu, je n’ai aucune issue. Je pense que je dois voler une paire de gant  »

Mais, d’un autre coté de mon cœur, un autre cœur s’éveilla. « A supposer qu’on te surprenne à voler des gants. Les gens de ton escadron savent que tu crois en Dieu. Si cela se produit, comment pourrais-tu prêcher l’Évangile ?  Si cela se produit, c’en est fini pour l’évangélisation !»

Peut-être que non, si je réussissais à voler les gants, mais si je me faisais surprendre, je sentais que je ne pourrai pas prêcher l’Evangile pendant les trois années dans l’armée. Lorsque j’arrivai à ces pensées, je ne pus absolument rien faire de tel. Je priai à nouveau le Seigneur.

« Seigneur, je ne volerai pas de gants. Si le chef d’escadron doit me frapper, qu’il me frappe ; Si je dois traverser des souffrances, j’en souffrirai. Seigneur, aides-moi. Montre-moi que Tu es vraiment vivant dans l’armée également. Offres-moi des gants. »

 

HE, TU AURAIS DU ME LE DIRE

 

J’entrai dans l’armée le 2 Novembre et nous entrâmes aussitôt en Hiver. J’avais extrêmement froid durant la formation et j’avais vraiment froid aux mains en suivant la formation sans gants. Après avoir décidé dans mon cœur de ne pas voler de gants et que j’aie prié, le jour suivant fut consacré à la formation au lancé de grenade. Le formateur sortit et dit : «Si vous retirez  la goupille de sécurité et que vous jetez la grenade, elle explosera en trois secondes. »  Il retira la goupille de sécurité et lança une grenade et elle explosa et s’étendit sur un angle de 45 degrés. La démonstration pris fin et les membres de l’escadron s’entrainaient à retirer la goupille de la grenade en disant : « Un, deux, trois ! » et ils lançaient les grenades. Après la formation, nous eûmes dix minutes de repos et un ami vint me voir. Il n’y avait pas longtemps que nous étions dans l’armée, nous nous reconnaissions donc en regardant nos noms sur nos badges.

« Hé, Park Ock Soo, pourquoi ne portes-tu pas de gants ? »

« J’ai un grand problème »

« Quoi ? »

« Quelqu’un m’a volé mes gants durant la nuit »

« Hé, tu aurais dû me le dire »

« Hé, possèdes-tu deux paires de gants ? »

« Oui, j’en ai »

« Hé, où as-tu volé cette paire ? »

« Volé? »

« Comment as-tu pu te procurer deux paires de gants sans les avoir volé ?»

« Ah, mon frère aîné est un chef de bataillon et il m’a remis une paire de gants en plus parce que j’avais des gelures. Hé, à quoi servent les amis ? Tiens, prends-les. »

Cet ami enleva une paire et me les remis. Je le remerciai et je portai ces gants. Une paire de gants ne coûte pas trop chère, mais Dieu était vivant, même dans l’armée. Dieu est partout et j’étais vraiment reconnaissant de voir Dieu faire toute chose dans ma vie.

 

QU’EST-CE QUE DIEU NE PEUT PAS FAIRE ?

 

Cela fait 47 ans que je suis né de nouveau. En lisant le livre de Matthieu, de Marc, de Luc et Jean, le Seigneur travaillait beaucoup dans ma vie, comme à l’époque où Il était sur la terre. C’était si merveilleux et reconnaissant de voir que le Seigneur qui a nourrit cinq milles hommes avec cinq pains et deux poissons, vivait et œuvrait en moi. Indépendamment du problème, pendant que je suis avec Jésus, il n’existe aucun problème qu’il ne puisse pas résoudre.

Pendant de nombreuses années, je vis souvent Dieu accomplir des choses humainement impossibles dans ma vie. Chaque année, nous réunissons des milliers de jeunes dans de nombreux pays du Monde entier et nous organisons le Camp Mondial IYF qui enseigne le cœur de Dieu. Cette année, nous avons organisé le Camp dans 11 pays et ces Camps nous ont coûté chers. Je dis souvent : « Comment pourrions-nous faire ces choses alors que nous n’avons pas d’argent ? ». Ensuite, je pense objectivement : «Le fais-je parce que je le veux, ou, est-ce une chose qui plaît à Dieu ? ». Je peux alors sentir dans mon cœur que c’est une chose qui plait vraiment à Dieu. Je ressens donc dans mon cœur : «Dieu est vivant. Qu’est-ce qu’Il ne peut pas accomplir ? Dieu est plus que capable de le faire.» Cette année, nous avons déjà organisé beaucoup de camps. Lorsque nous débutions, je pensais : « Cela marchera t-il? », mais en, voyant Dieu accomplir ces choses, nous ne pouvons dire combien nous sommes reconnaissants pour toutes ces choses.

 

JINSHIL, DORENAVANT, ESPERE UNIQUEMENT EN DIEU.

 

Lazare mourut. Au moment où le problème se produisait, Jésus n’y était pas. Mais Lorsque Jésus arriva, Lazare qui pourrissait dans la tombe, fut ramené à la vie. Lorsque la fille de Jairus mourait, c’était un problème au moment où Jésus n’y était pas. Mais lorsque Jésus y était, il n’y avait rien qu’il ne pouvait pas faire.

Je connais une étudiante. Elle est en maitrise et elle a 19 ans. Elle est atteinte du cancer du bassin et des vertèbres. Lorsque l’hôpital l’examina afin qu’elle subisse une opération, ils constatèrent que cette opération s’avérait impossible parce que le cancer s’était répandu de la colonne vertébrale jusqu’au bassin. Le traitement contre le cancer devint également inutile et maintenant elle n’attendait que le jour de sa mort. Son père m’appela maintes fois disant : « Pasteur, s’il vous plaît, venez voir Jinshil juste une fois. S’il vous plaît, priez pour elle. »

« Jinshil, l’hôpital affirme que dorénavant le traitement ne marchera pas et qu’ils ne peuvent pas pratiquer d’opération. Peut-être que c’est mieux que ce soit ainsi. Si tu pouvais subir une opération, tu aurais placé ton espoir sur cette opération et le traitement. Maintenant, tu peux placer ton espoir en Dieu. Dorénavant, regarde uniquement à Dieu ! »

Je lui parlai à nouveau de sorte qu’elle puisse placer son assurance dans l’Évangile. Ensuite, je lui demandai de remettre cette maladie à Jésus. André remettant les cinq pains et les deux poissons entre les mains de Jésus, les remit également aux cinq milles hommes. Nourrir les cinq milles hommes devint dorénavant le travail de Jésus. Immédiatement ensuite, Jésus put, sans défaut, nourrir les cinq milles hommes avec cinq pains.

« Jinshil, tout comme André laissa les cinq pains et les cinq milles hommes à Jésus, abandonne ta maladie à Jésus. Jésus se chargera alors de ce problème. »

Elle dit qu’elle confierait son corps à Jésus.

Rester à l’hôpital n’avait pas de sens et elle rentra à la maison. Depuis ce jour, son corps commença à mieux se porter. Elle était vraiment heureuse. Elle me donna un coup de fil. Mais, le problème était qu’après qu’elle se soit sentit mieux pendant environ une semaine, sa condition s’empira à nouveau. Je m’adressai à elle.

« Jinshil, que ta maladie s’améliore ou qu’elle empire, ne regarde pas aux circonstances, mais à Jésus. Tu seras déçue si tu regardes aux circonstances. Ne sois pas heureuse du fait que tu te porte un peu mieux ou malheureuse que les choses empirent. Abandonne-le à Jésus et croit que Jésus travaillera ».

Ce matin-là, je parlai à Jinshil pendant environ 30 minutes au téléphone. Si Jésus se trouve dans son cœur et qu’il y a la foi, ce n’est pas son problème, mais le problème de Jésus. Je lui demandai donc d’avoir la foi.

 

COMPTER SUR JESUS

 

Puisque André était proche de Jésus, tous ses problèmes devenaient ceux de Jésus. André remis les cinq pains et les deux poissons entre les mains de Jésus et il le remit également aux cinq milles hommes. Ce ne fut pas la responsabilité d’André ou des autres disciples de nourrir les cinq milles hommes, mais le travail et la responsabilité de Jésus. Par conséquent, Jésus travailla.

Que les vagues viennent, que les enfants tombent malades ou qu’une quelconque difficulté se produise, ce ne sont pas des problèmes si Jésus est là. J’eus beaucoup de difficultés, beaucoup d’inquiétudes, de soucis et de peurs durant les 47 dernières années. Mais, Jésus fut toujours vivant en moi et ces choses ne furent plus des problèmes pour moi, mais ceux de Jésus. Lorsque mes problèmes ont été remis à Jésus, je vis si souvent comment Jésus s’en chargeait merveilleusement.

Bien-aimés, regardez à Jésus. Quelque soit le problème que vous ne pouvez pas régler, il n’existe aucun problème que Jésus ne puisse pas régler. Aujourd’hui encore, Jésus est vivant. Soyez inquiets si c’est un problème que Jésus ne peux pas résoudre, mais vous n’avez pas besoin d’avoir peur si vous avez un problème que Jésus peux résoudre. Jésus, qui a nourrit cinq milles hommes avec cinq pains, qui a ressuscité Lazare, veut sincèrement travailler dans votre vie. Compter sur ce Jésus. «Jésus veut l’accomplir. Dorénavant, ceci n’est plus mon problème, mais celui de Jésus ». Quelque soit le problème, si vous l’abandonnez entre les mains de Jésus de cette manière, je crois qu’à partir de ce moment, Jésus le conduira à la bénédiction et la grâce.

Bien-aimés, croyez en Jésus quand bien même vous ne Le voyez pas de vos yeux. Aujourd’hui encore, Jésus vit et travaille en vous.

 

AMEN !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *