EBNG

Les deux types de personnes qui reçoivent les bénédictions de Dieu

Dieu veut nous offrir Ses inimaginables bénédictions et le monde divin, mais nous ne pouvons recevoir ces choses si nous demeurons sous l’emprise de nos pensées. Par conséquent, quelques fois, Dieu nous fait renoncer à nous-mêmes et nous fait abandonner notre personne. En regardant la vie de Jacob, Dieu le fit d’abord renoncer à ses pensées et abandonner sa propre personne. Ensuite, il reçut des bénédictions considérables. Parce que Dieu veut nous offrir ce genre de bénédictions, Il fait en nous le même travail qu’il avait accomplit en Jacob.

                                                    DEUX  TYPES DE RENONCEMENT A SOI

            Lorsque vous lisez la Bible, il y a de nombreuses histoires dans lesquelles les gens reçoivent de grandes bénédictions de Dieu. Cependant, si vous examinez le processus par lequel ils ont reçu ces  bénédictions, vous découvrirez qu’ils les ont reçues lorsqu’ils ont renoncé à eux-mêmes et  qu’ils se sont libérés des limites de leurs pensées. Pourtant, renoncer à soi-même et s’abandonner n’est pas une chose aisée parce que  notre cœur a longtemps été gouverné et dominé par Satan. Pour nous empêcher de renoncer facilement à nous-mêmes, Satan nous fait croire que nous mourrons si nous le faisons. Il le fait pour nous maintenir dans les pensées qu’il fait germer en nous.

         Il y a deux grandes catégories  d’abandon de soi. Après avoir renié trois fois Jésus, le cœur de Pierre s’effondra lorsqu’il comprit : « Quel fou j’ai été de me fier à moi-même ! Je me fiais bêtement à moi-même.» Depuis lors, il fut conduit par l’Esprit de Dieu et il fut précieusement utilisé par Dieu  en tant que serviteur.

         L’apôtre Paul croyait en ses pensées avant de prendre la route de Damas. Les pensées du genre : « Tous ceux qui croient en Jésus sont des menteurs. Ce sont des arnaqueurs. Comment peuvent-ils mentir en disant que Jésus est ressuscité ? Ils doivent tous être massacrés ». Cependant, sur le chemin de Damas, il rencontra Jésus. Lorsque Jésus lui demanda : « Saul, pourquoi me persécutes-tu ?», Paul demanda : « Qui es-tu Seigneur ? ». Alors Jésus lui répondit : « Je suis Jésus de Nazareth, celui que tu persécutes. ». Lorsque Paul entendit cela, il comprit : « Alors, Jésus est réellement vivant. Je ne le savais pas auparavant.»Il commença donc à changer, passant de l’état d’une personne qui persécutait Jésus à l’état d’une personne qui prêchait Jésus. Pierre et Paul sont des exemples de personnes qui ont compris leurs erreurs, qui ont renoncé à eux-mêmes et qui se sont repenties.

         Dans d’autres cas, parce qu’ils ne réalisaient pas ce qu’ils étaient, Dieu conduisait des gens dans une situation tellement difficile qu’ils ne pouvaient pas suivre plus longtemps leurs propres pensées et Ils sont retournés à Lui. Ce fut le cas de l’enfant prodigue, des quatre lépreux en Samarie et de Jacob. « Comment puis-je retourner de cette manière ? Si je retourne à lui ainsi, il me haïra sûrement. Il me chassera. Il me réprimandera en disant : ‘‘Pourquoi reviens-tu comme un mendiant, après avoir gaspillé tout cet argent’’» Puisqu’il avait ce genre de pensées, il ne voulait vraiment pas retourner à son père avec cette image. Mais, Dieu conduisit le fils prodigue dans une situation où il ne pouvait que retourner à son père. Lorsque l’enfant prodigue réfléchit à cette situation, il arriva à la conclusion : « Si je reste ici plus longtemps, je mourrais de faim. Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim. ».Puisqu’il était dans une situation où il ne pouvait que mourir de faim, il n’avait plus rien d’autre à faire que de retourner à son père.

LA RAISON POUR LAQUELLE JOSEPH VOULAIT BENJAMIN.

               C’était pareil pour l’histoire de Jacob dans le livre de la Genèse chapitre 43. Quand Joseph devint le gouverneur de l’Egypte, avec en sa possession de la nourriture en quantité, les fils de Jacob et leurs familles mouraient de faim. Lorsque les frères de Joseph vinrent en Egypte pour acheter de la nourriture, Joseph les reconnut, mais il ne pouvait pas sortir et dire : « Je suis Joseph ».S’il l’avait fait, ses frères l’auraient reconnu et se seraient enfuis par crainte. « Nous avions tenté de tuer Joseph, dans le passé. Puisque nous l’avions vendu, il nous tuera probablement pour se venger. »

           Peu importe ce que  Joseph aurait dit à ses frères, s’ils n’arrivaient pas à comprendre que le cœur de Joseph ne voyait pas les choses comme eux, ils auraient continué à penser : « Nous avions tenté de tuer joseph. Joseph nous haïra. C’est un homme après tout. Il nous tuera.». Pour cela, Joseph ne pouvait pas se faire reconnaitre par ses frères. Cela aurait été facile pour lui de se faire reconnaître par eux. Mais, il aurait été difficile de leur faire comprendre qu’il leur avait déjà pardonné et qu’il ne les haïssait plus du tout.

        Joseph voulait demeurer en paix avec ses frères jusqu’à la fin de la famine. Alors, Joseph demanda à ses frères de lui faire venir Benjamin parce qu’il croyait que ce dernier pouvait l’aider à résoudre le problème entre  ses autres frères et lui, puisque Benjamin était son vrai frère. Au fond, la raison pour laquelle Joseph réclama Benjamin était de faire venir son père Jacob, ses frères et toutes leurs familles pour profiter avec lui de toute la richesse et de la prospérité qu’il y avait en Egypte.

                                                 QU’IL ME SOIT ARRACHÉ S’IL LE FAUT…

      Cependant, au lieu de cela, Satan mit une pensée différente en Jacob. « Joseph est mort, Siméon m’a été arraché. Maintenant, on veut me prendre Benjamin. Pas question. Je ne peux pas envoyer Benjamin. Pas Benjamin ! Et s’il lui arrivait un malheur ? Que vais-je faire ? Non, je ne peux pas l’envoyer. » Il refusa donc d’envoyer Benjamin.

        Durant cette période, la nourriture qu’ils avaient reçue d’Egypte était finie. Les enfants devenaient misérables. Et un jour, Jacob regarda le visage de sa belle-fille qui était devenu pâle.

« Qu’arrive t-il à ton visage ? »

« Père, j’avais si faim que j’ai consommé quelques racines et je pense que j’ai avalé un aliment vénéneux.»

« Oh, mon Dieu »

Une grande crainte s’empara de Jacob. « Si je continue ainsi, toutes mes belles-filles mourront ».

Il vit que l’un de ses petits fils avait une vue floue.

« Qu’est ce que tu as ? »   

« Grand-père, nous sommes affamés depuis si longtemps. Maintenant, ma vue devient floue lorsque la nuit tombe.»

      Jacob pensait : « Mon petit-fils est en train de mourir de malnutrition. Si je continue ainsi, mes belles-filles, mes fils et mes petits-fils mourront tous. Nous devons nous procurer de la nourriture en Egypte. Il y a de la nourriture en Egypte. » 

      Joseph avait averti ses frères qu’ils ne verraient pas sa face s’ils ne lui envoyaient pas Benjamin. Or, Jacob ne voulait vraiment pas envoyer Benjamin. Mais, la famine devenait plus rude et sa famille ne pouvait plus la supporter. Il n’y avait aucun signe d’amélioration dans l’état de santé de la famille, des fils et des petits-enfants de Jacob. Jacob ne pouvait que renoncer à garder Benjamin.

Finalement, Jacob se décida : « Si je dois être privé de mes enfants, j’en serai privé. Allez-y acheter de la nourriture.»

     C’était la dernière chose que Jacob voulait faire. Pour mener une vie spirituelle et obtenir des bénédictions de Dieu, nos pensées et nos méthodes doivent d’abord s’effondrer de même que notre être tout entier. Malheureusement, les gens résistent jusqu’à la fin pour ne pas abandonner leurs propres pensées et renoncer à eux-mêmes lorsqu’ils sont trompés par Satan.

     Dieu nous fait abandonner nos pensées à travers deux méthodes. Dieu nous fait abandonner nos pensées en nous faisant comprendre nos méfaits et nous repentir comme Pierre et l’Apôtre Paul. D’un autre côté, comme les quatre lépreux aux portes de la Samarie, le fils prodigue et Jacob, Dieu nous donne des situations difficiles dans lesquelles nous ne pouvons que rejeter notre propre cœur.

LA BÉNÉDICTION DE DIEU NE TOMBE QUE SUR UNE PERSONNE QUI A RENONCÉ A ELLE-MÊME.

Si Jacob avait une autre possibilité, il n’aurait jamais envoyé Benjamin. Alors, il n’aurait jamais rencontré son fils Joseph, et  il aurait souffert et serait finalement mort dans la pauvreté. Dieu l’a conduit dans une pauvreté telle qu’il ne pouvait que renoncer à lui-même et rejeter ses pensées .Jacob pensait : « Si j’envoie Benjamin mon bien-aimé, il mourra. Je souffrirai et je mourrai du chagrin de son absence le reste de ma vie. Joseph s’en est allé. Siméon n’est plus avec nous. Si Benjamin s’en va également, je ne pourrai pas survivre.»

Satan mit ce genre de pensées en Jacob. Dieu n’avait pas l’intention d’arracher Benjamin à Jacob. Mais, pour permettre à Jacob de recevoir des bénédictions plus grandes et de retrouver son fils Joseph, Dieu a permis ce genre de difficultés.

Dieu veut nous offrir Ses inimaginables bénédictions et le monde divin, mais nous ne pouvons recevoir ces choses si nous demeurons sous l’emprise de nos pensées. Par conséquent, quelques fois, Dieu nous fait renoncer à nous-mêmes et nous fait abandonner notre propre personne. Alors, par essence, la grâce et les bénédictions de Dieu tombent sur ceux qui mènent une vie de foi comme celle de Jacob en rejetant leurs propres pensées et en renonçant à eux-mêmes .Cependant, à l’opposé, des difficultés et des souffrances arrivent à ceux qui n’ont pas encore renoncé à eux-mêmes. Jacob, après avoir renoncé à Benjamin qu’il ne voulait pas laisser aller, combien il reçut de  bénédictions! En voyant cela, je crois qu’il n’y aura pas plus grandes bénédictions que celles que vous recevrez lorsque vous renoncerez à vous-mêmes.

AMEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *