EBNG

Ces hommes de foi qui ont considéré la promesse de Dieu plus que leur propre vie

La promesse de Dieu ne peut être annulée sous aucun prétexte ; elle se réalise obligatoirement. Les habitants de Gabaon désiraient ardemment recevoir la promesse de Dieu. C’est  pour quoi ils ont consacré toute leur vie pour recevoir ne serait-ce qu’une promesse. Pour l’obtenir, ils ont méprisé leur propre vie. Ainsi, ils ont obtenu cette seule promesse en abandonnant toute chose. Ils sont à  n’en point douter une grande nation.

Dans le livre de Josué chapitres 9 et 10, se trouve l’histoire des habitants de Gabaon. Lorsque j’ai lu cette histoire, je désirais ardemment recevoir un cœur comme le leur. «Comment ces gens sont-ils arrivés à posséder un cœur aussi précieux ?  » Maintenant, examinons cela en détail.

AFIN D’ÊTRE LIÉ A DIEU

Dieu a toujours accompli son œuvre selon sa promesse. Ce fait est très important dans notre vie de foi. Dieu nous donne une promesse à travers sa parole et, nous, par la foi en cette parole, sommes liés à Lui (Dieu). Si nous ne croyons pas en la promesse de Dieu, nous ne pourrons que mener une vie qui n’a aucune relation avec Dieu. Même, si nous lisons la Bible, si nous venons à l’Eglise, si nous prions, si nous faisons les offrandes et que nous vivons en servant le Seigneur, cela n’a aucun rapport avec Dieu.

La Bible déclare : «Si quelqu’un détourne l’oreille pour ne pas écouter la loi, sa prière même est une abomination. »  (Proverbes 28 :9)

Sans croire en Dieu, même si nous prions, faisons les offrandes et accomplissons une multitude de choses, tout ce que nous accomplissons devient une abomination que Dieu ne peut accepter.

Jamais Dieu n’a faillit à sa promesse. Dans l’Ancien Testament, une multitude de passages nous parle de la Promesse de Dieu. L’Ancien Testament avait révélé que Jésus naîtra sur cette terre, qu’il serait crucifié pour nos péchés et qu’il ressusciterait le troisième jour. Tous ces événements ont été accomplis exactement comme ils avaient été prédits. Paul affirma : « Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures; qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour, selon les Ecritures;» ( 1 Corinthien 15 :3-4)

Les ‘‘Ecritures’’ auxquelles Paul se réfère ici sont celles de l’Ancien Testament. Il nous révèle que, comme annoncé dans l’Ancien Testament, Jésus est mort pour nos péchés et est ressuscité. La foi, c’est croire aux promesses de Dieu. Ces promesses peuvent coïncider ou non avec nos pensées. Cependant nous pouvons manifester cette foi dont parlent les Ecritures, uniquement en croyant que Dieu accomplira absolument sa promesse et en faisant courageusement un pas en avant avec assurance.

CES HOMMES QUI ONT REÇU LA LIBERTÉ PAR LA FOI

Le livre d’Hébreux 11 parle des hommes de foi. Ce passage nous parle d’Abraham, de Sara, d’Isaac, de Jacob, de Moïse, de Gédéon, de Barak etc. et aussi des patriarches qui ont vécu anonymement par la foi. Ces hommes ont rencontré de nombreuses difficultés telles que de cruelles moqueries, des calamités , l’esclavage, l’emprisonnement, la lapidation, la tentation, le fait d’être découpé en pièce ou tuer par l’épée, d’errer et de vivre dans des grottes et des cavernes. Il est écrit qu’au milieu de toutes ces preuves, ils avaient prévu ces problèmes par la foi et ils les ont accepté jusqu’à leur mort.

Au verset 39 il est écrit : « Tous ceux-là, à la foi desquels il a été rendu témoignage, n’ont pas obtenu ce qui leur était promis,» (Hébreux 11 :39) et au verset 1 : «Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. » (Hébreux 11 :1)

La parole : « Tous ceux-là, à la foi desquels il a été rendu témoignage» nous montre qu’ils avaient fermement cru en cette promesse claire. Et cela est l’évidence claire qu’ils ont reçue. Cependant, il est écrit qu’ils « n’ont pas obtenu ce qui leur était promis ». Cette parole signifie qu’ils n’ont pas vu la promesse qui est actuellement accomplie ; ils n’ont pas été témoins de la promesse qui est actuellement accomplie. Néanmoins, ils ont vécu en ayant la foi en la promesse selon laquelle, Jésus-Christ souffrirait et mourrait sur la croix pour effacer le péché de l’humanité. Et cette foi les a affranchi du péché et les a permis de vivre libres. Bien qu’ils ne fussent pas témoins de la mort de Jésus sur la croix pour effacer tous les péchés de l’humanité par son sang, et, de Sa parole : « Tout est accompli » (Jean 19 :30), ils étaient déjà dans la joie et dans l’allégresse. Pourquoi ? Parce qu’ayant eu foi en la promesse de Dieu, ils étaient déjà affranchis du péché et ils menaient une existence libre. Les vrais hommes de foi ne fixent pas leur cœur sur l’effectivité de l’accomplissement de la promesse. Ils portent uniquement ce cœur dans la promesse elle-même. S’ils reçoivent la promesse de Dieu, bien que cette promesse peut ne pas s’accomplir durant leur vie, ils acceptent dans leurs cœurs qu’elle a déjà été accomplie. Par conséquent, ils sont joyeux pour la promesse elle-même et non pour son accomplissement. C’est ce que nous révèle le livre d’Hébreux chapitre 11 ; le cœur que possèdent ces hommes de foi.

LES HABITANTS DE GABAON QUI AURAIENT ÉTÉ CONDAMNÉS S’ILS N’AVAIENT PAS OBTENU LA PROMESSE

 Ce cœur de foi peut être également decouvert chez les Gabaonites. Comment un peuple étranger tel que les gabaonites a pu saisir cette merveilleuse vérité ? C’est si remarquable de voir les habitants de Gabaon, ce peuple étranger qui ne connaissait pas Dieu, posséder une telle foi. Pour recevoir une seule promesse de la bouche de Josué, donnée en jurant par le nom de l’Eternel : « Nous ne vous tuerons pas », les habitants de Gabaon avaient abandonné tous leurs biens, ils ont abandonné leur fierté de nation riche, leur indépendance et ils sont devenus des esclaves d’Israël. Ils savaient que le seul moyen pour eux d’avoir la vie sauve était de recevoir une promesse, de la part de Josué qui jurerait par le nom de l’Eternel qu’il épargnerait leurs vies.

Ils avaient certainement su qu’ils ne pourraient jamais battre Israël, car l’Eternel était avec lui. Aussi, ils savaient clairement que Dieu avait commandé à Israël de détruire tous les peuples vivants sur la terre de Canaan comme il est écrit dans Deutéronome chapitre 20 versets 16. Israël approchait à grand pas vers eux. Ils avaient appris que Dieu avait asséché le fleuve Jourdain et détruit les villes de Jéricho et de Aï. Maintenant, l’arrivée d’Israël était imminente.

J’ai l’espoir que tous, nous pourrons recevoir le cœur des habitants de gabaon. De nombreuses personnes s’imaginent qu’en priant Jésus tous les jours pour le pardon de leur péché, Jésus le miséricordieux les pardonnera. Or la Bible déclare avec précision : «…Le salaire du péché, c’est la mort  » (Romain 6 :23). Cependant, l’humanité est facilement trompé par Satan et ne réfléchit pas profondément sur ce fait. Dieu ne peut nous pardonner à moins que le salaire du péché qui est la mort ne soit payé. Malgré tout, nombreux sont ceux qui continuent de croire : « Dès lors que  je crois en Jésus, si je prie quotidiennement avec un cœur sincère pour le pardon de mes péchés, il me pardonnera toujours. »  Cependant les habitants de Gabaon n’ont pas considéré ce fait d’une manière aussi vague. Il est évident qu’ils y ont profondément réfléchit et ont cherché la parole que Dieu avait adressé à Israël.

COMMENT DIEU POURRAIT-IL NE PAS VENIR EN AIDE À UN TEL CŒUR ?

Ils ont décidé de tromper Josué. Pourquoi ? Parce que, si Josué et Israël avaient découvert qu’ils vivaient à Canaan, ils (les gabaonites) n’auraient absolument pas reçu de promesse venant d’Israël pour préserver leur vie. C’est pourquoi ils rassemblèrent des pains secs et moisis, prirent  de vieux  sacs de bouteilles de vins sur leurs ânes, portèrent des souliers et des vêtements vieux et abîmés et se dirigèrent vers le camp des israélites.

Les ambassadeurs de Gabaon ont dû ressentir une responsabilité énorme pendant qu’ils étaient en route pour le camp des israélites ; Ils ont dû penser : « La vie de notre nation est entre nos mains. Soit, nous obtenons une promesse de Josué, soit nous mourrons. ».

« Nous venons d’un pays lointain. Nous ne vivons pas sur la terre de Canaan. Regardez vous-même les pains que nous avons. En prenant la route, ils étaient encore tous chauds, mais nous avons effectués un si long voyage qu’ils sont maintenant rassis. Regardez nos vêtements et nos chaussures. Nous venons vraiment d’une contrée lointaine. Donnez-nous juste la promesse que vous ne nous tuerez pas et nous serons vos esclaves. Nous souhaitons ne pas être tués. Si vous nous donnez juste une promesse, nous deviendrons vos esclaves pour le reste de nos vies et nous vous servirons ainsi que votre Dieu. »

Comment Dieu pourrait-il ne pas venir en aide à un tel cœur ; puisqu’ils croyaient sincèrement qu’une promesse donnée au nom de l’Eternel serait absolument tenue et que l’Eternel serait lui-même témoin de la promesse faite en son nom. Ils ont pu abandonner tout ce qu’ils avaient et sont sortis à la recherche de cette promesse.

« Les hommes d’Israël prirent de leurs provisions, et ils ne consultèrent point l’Eternel. Josué fit la paix avec eux, et conclut une alliance par laquelle il devait leur laisser la vie, et les chefs de l’assemblée le leur jurèrent.» (Josué 9 :14-15)

Dieu avait couvert les yeux des chefs d’Israël afin qu’ils ne cherchent pas à le consulter et qu’ils fassent la promesse aux habitants de gabaon. J’étais si comblé de joie lorsque je lisais ce passage. Cela peut être l’une de ces scènes climatiques dans les films ou les romans. Les ambassadeurs Gabaonites ont dû hurler : maintenant nous sommes sauvés ! Chérie, mes enfants, mes très chers voisins, désormais, nous sommes tous pardonnés. Josué nous l’a promis au nom de l’éternel ! Maintenant ils ne peuvent plus nous tuer ! »

LA PROMESSE ABSOLUE DE DIEU

La promesse de Dieu est absolue. La promesse et le gage donnés au nom de l’éternel doivent être absolument tenus parce qu’ils engagent l’influence de Dieu lui-même en tant que témoin. Nous trouvons une histoire similaire dans le livre de la Genèse, chapitre 27. Dans cette histoire, Jacob a prétendu être son frère aîné Esaü en trompant son père Isaac pour obtenir la bénédiction.

« Que des peuples te soient soumis, Et que des nations se prosternent devant toi! Sois le maître de tes frères, Et que les fils de ta mère se prosternent devant toi! Maudit soit quiconque te maudira, Et béni soit quiconque te bénira. » (Genèse 27 :29)

C’était une promesse absolue. Une fois que Jacob reçut cette bénédiction, plus aucun homme ne pouvait le maudire. Cela s’applique également à Isaac qui l’avait béni. Au chapitre 28, nous pouvons voir que, après avoir été trompé par Jacob, lorsqu’il a réalisé qu’il avait été trompé (chapitre 27), Isaac a continué à bénir Jacob d’un cœur sincère : « Isaac appela Jacob, le bénit… » (Genèse 28 :1). Au chapitre 27, Isaac avait béni Jacob pensant qu’il était Esaü, mais au chapitre 28, même après avoir su qu’il avait auparavant été trompé par Jacob, il le béni ouvertement et d’un cœur sincère. Voilà ce qu’est la promesse de Dieu. La promesse de Dieu ne peut jamais être rompu et doit être absolument ténue. Les habitants de Gabaon désiraient ardemment recevoir la promesse de Dieu. Ils ont joué leur vie sur une seule promesse. Pour obtenir une seule promesse, ils ont méprisé tout de leur propre vie. Ils ont tout abandonné pour recevoir cette seule promesse. C’est vraiment une nation extraordinaire. Comment des étrangers ont pu posséder un tel cœur ? Nous ne pouvons pas savoir exactement comment ils sont arrivés à posséder un tel cœur parce que la bible n’a pas mentionné de détails. Cependant, c’est une vérité tout à fait claire qu’ils possédaient vraiment un tel cœur. Dans Josué chapitre 10, Dieu fit périr par l’épée de Josué cinq rois amoréens qui cherchaient à détruire le peuple de Gabaon. Pendant cette période, Dieu fit briller le soleil durant un jour entier à cause de la promesse qu’Il avait faite aux habitants de Gabaon de les délivrer de la mort. Nous croyons en la promesse de Dieu et conformément à cette promesse, Il accomplit toute chose fidèlement. C’est une relation inestimable créée entre Dieu et l’homme. Plusieurs années passèrent et Saül, par zèle pour le peuple d’Israël et de Juda, avait tué quelques habitants de Gabaon. Le peuple de Gabaon se rendit devant Dieu avec la promesse (2 Samuel 21) : «Dieu comment as-tu pu permettre une telle chose ? Saül a massacré quelques habitants de notre clan. Josué nous avait promis en ton nom que personne ne nous toucherait. Alors, comment une telle chose a put arriver ? Dieu, où est ta promesse ?»

Dieu se souvint de la promesse et ne pouvait abandonner les habitants de Gabaon. Bien qu’Israël était son peuple élu, Dieu déclencha une famine qui dura trois années. C’est alors que David leur livra sept fils de Saül conformément à leur requête. Après cet incident, le cœur des habitants de Gabaon retrouva finalement la paix. Ils adressèrent des bénédictions à Israël et donnèrent le témoignage suivant : « Dieu, tu tiens vraiment ta promesse, tu es le vrai Dieu qui accompli son œuvre conformément à sa promesse ». Dieu est fidèle à sa promesse. Il ne prend pas sa promesse à la légère et Il accompli son œuvre conformément à cette promesse. C’est pourquoi, une multitude de serviteurs de Dieu dans la Bible tenait beaucoup plus à la promesse de Dieu qu’à leur propre vie. Obtenir la promesse de Dieu leur procurait une grande joie et de l’allégresse. Les hommes de foi dont parle la bible, n’étaient pas dans l’allégresse à cause de l’accomplissement de la promesse mais ils l’étaient pour avoir reçu la promesse elle-même. Le peuple de Gabaon était, à n’en point douter, une grande nation. Même si leur existence a été mentionnée dans de nombreux passages de la bible, ils n’ont manqué de rien sur tous les plans et demeurèrent une merveilleuse nation.

Et vous. Considérez-vous la promesse de Dieu comme une chose vitale ?

AMEN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *